Langue: Русский     Français     Anglais     Recherche sur le site:

Natalia Narotchnitskaïa intervient dans un colloque à l'Assemblée nationale

Date de publication: 20.02.2013

Natalia Narotchnitskaïa, Assemblée nationale, 20 février 2013

Dans son allocution, Natalia Narotchnitskaïa a souligné comment le conflit en Syrie était en train de pousser une région toute entière vers la chaos.  En outre, il s'agit d'une région, le Moyen Orient, dans laquelle l'Europe et en particulier la France a des intérêts importants.  Elle a continué comme suit:

"Les massacres et les atrocités commis par l'opposition armée excèdent ceux dont le gouvernement est coupable et seule une minorité des combattants de l'opposition sont Syriens.  Le but de ces mercenaires, c'est d'imposer la loi islamique en Syrie comme d'ailleurs ils ont fait en Libye.  Les minorités chrétienne, alaouite, kurde et autres sont menacées.   Une victoire de l'opposition en Syrie ne fera qu'encourager leurs homologues islamistes en Irak ou en Afghanistan.  La population civile, quant à elle, ne soutient pas cette opposition.  Les classes moyennes et éduquées y sont très opposées.  Elles connaissant le précédent libyen où on interdit déjà la scolarité aux filles et où les tribunaux islamiques font la loi.

Selon Natalia Narotchnitskaïa, le conflit va basculer le monde arabe tout entier car l'équilibre confessionnel et ethnique de la région sera bouleversé.  La France qui soutient cette rébellion est en train d'ouvrir une boîte de Pandore.  Mais l'aggravation des tensions entre l'Islam et le christianisme aura un effet surtout en Europe où les populations musulmanes sont nombreuses.  Le même effet ne sera pas ressenti outre-atlantique.  Le but serait-il un chaos délibérément provoqué ?  Il faut analyser de près ce qui est derrière le "printemps arabe", ce que l'Europe refuse de faire actuellement.  Ici, les médias ne font que répéter les slogans du politiquement correct occultant ainsi les vrais dessins géopolitiques.

Le ne faut pas oublier que la Méditerranée a toujours été convoitée par les grandes puissances.  Veut-on revenir aux vieilles doctrines mussoliniennes de la Mare nostrum?  Il est en tout cas frappant de constater que les soulèvement populaires et les révolutions de couleur suivent très exactement la courbe de l'ellipse des hydrocarbures qui s'étend de l'Afrique du Nord à travers la péninsule arabe jusqu'en Irak et en Inde et qui inclue le Caucase.  Pour assurer le contrôle stratégique sur les ressources naturelles il faut non seulement contrôler ces régions mais aussi les détroits qui y accèdent.

Ce projet, il est conduit sous la bannière des droits de l'homme, appliqués d'ailleurs de manière totalement hypocrite.  Ce supranationalisme ne fait que saborder la pierre angulaire du système international, la souveraineté des Etats.  Tous les pays non munis de missiles nucléaires sont en train de se demander quel pays sera la prochaine cible."

Natalia Narotchnitskaïa a conclu en disant que l'immense potentiel de la Méditerranée devrait servir à faire croître l'Europe et à faire réduire les tensions nord-sud.  L'Europe pourrait ainsi jouer pleinement son rôle géopolitique.  En revanche, si les tendances actuelles continuent, on serait en droit de demander qui alors triompherait.



Publications      Aires de Recherche      Actualités

Photos

19.12.2017

Table ronde sur la "vague populiste" en Europe centrale, IDC le 19 décembre 2017
08.11.2017

La révolution russe et la guerre civile (IDC, 8 novembre 2017)
21.09.2017

Table ronde à l'IDC sur la crise en Corée (21 septembre 2017)
12.07.2017

"Trump et Macron sur la Syrie: quelles évolutions?" Colloque à l'IDC le 12 juillet 2017
21.06.2017

Colloque sur la fin de la mondialisation, IDC, 21 juin 2017
24.05.2017

Colloque au Vatican sur catholiques et orthodoxes (24 mai 2017)

Vidéos


La Grande Interview : Natalia Narotchnitskaïa



John Laughland intervient au Parlement européen (Strasbourg) sur le Brexit et le Frexit (14 mars 2018)