Langue: Русский     Français     Anglais     Recherche sur le site:

Intervention de Natalia Narotchnitskaïa à l'ONU

Date de publication: 03.07.2012

Les intervenants de l'Evénement parallèle à l'ONU le 3 juillet 2012

Le 3 juillet 2012, la présidente de l'IDC, Natalia Narotchnitskaïa, est intervenue dans le cadre d'un "Evénement parallèle" organisé pendant l'actuelle session du Conseil de Droits de l'Homme par les Missions permanentes auprès l'ONU du Saint-Siège et du Maroc. Celui-ci avait comme thème "Diversité culturelle et dialogue inter-religieux". 

Les autres intervenants étaient: Mgr Silvano Tomasi, Archevêque et Nonce apostolique auprès des Nations Unies; S. E. Madame Marie-Thérèse Pictet-Althann, Observateur permanent de l'Ordre souverain et militaire de Malte auprès des Organisations internationales; Mgr Charles Morerod, évêque de Genève, Lausanne et Fribourg; Son Excellence Monsieur Slimane Chikh, Ambassadeur, Observateur de l'Organisation de Coopération Islamique auprès des Organisations internationales; et Madame Maria-Francisca Ize-Charrin, ancien fonctionnaire du Haut commissariat pour les Droits de l'Homme.

Dans son intervention, Natalia Narotchnitskaïa a remercié les organisateurs de leur invitation en disant que les questions du dialogue interreligieux et de la diversité culturelle sont parmi les enjeux les plus importants de notre époque. Elle a continué comme suit.

"Pouvons-nous préserver l'élan moral de l'histoire? Le libéralisme et le nihilisme qui en découle représentent la fin de l'histoire, c'est-à-dire l'histoire sans aucune fin morale.  L'évangile est la source de la moralité universelle, et non pas les gourous des droits de l'homme.  La dignité humaine découle du fait que l'homme est créé à l'image de Dieu.  Les promoteurs du libertarisme proposent la liberté absolue mais celle-ci est incompatible avec le christianisme. Il s'agit de vaincre son propre orgueil - c'est le défi le plus difficile pour tout chrétien, plus difficile encore que de vaincre la chair. La dignité humaine, selon la tradition orthodoxe, a surtout une signification morale. Il faut donc distinguer entre la dignité et l'indignité car, pour tout chrétien, certaines choses sont indignes. Aujourd'hui on veut nous faire croire qu'il n'y a aucune distinction entre le péché et la vertu, ou entre la beauté et la laideur. Mais au contraire notre civilisation même est basée sur la distinction entre le bien et le mal.  Les critères de l'harmonie dérivent de l'Absolu, alors que toute dérivation de la norme est aujourd'hui louée comme sophistiquée. Le libéralisme affirme aussi qu'il n'existe aucune valeur pour laquelle il faut sacrifier la vie. Or, le sacrifice de soi-même y compris de sa vie, exemplifié par le Christ, est non seulement la valeur suprême du christianisme, il est aussi la source de toute culture et de toute grandeur. Nous sommes aujourd'hui dominé par l'esprit de Ponce Pilate qui demandait à Notre Seigneur, avec sarcasme, "C'est quoi, la vérité?"  Cette indifférence à la vérité, c'est la tiédeur dénoncée précisément dans le Nouveau Testament: "Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche." (Apocalypse 3:16). La doctrine kantienne selon laquelle la seule source de la morale, c'est l'équivalence et la réciprocité, est absurde. Une femme repousse-t-elle les avancés d'un homme seulement parce qu'elle ne veut pas qu'il échoue? Un soldat ne veut-il pas battre son ennemi par souci de celui-ci? L'Evangile nous enseigne très clairement ce que nous devons et ce que nous ne devons pas vouloir. La dignité égale la responsabilité.  Pour les chrétiens, la liberté consiste à ne pas être forcé à faire des choses qui sont contraires à la foi et à la conscience. La religion chrétienne est la source de toute liberté, non pas l'humanisme où c'est la chair qui domine l'âme. Si nous voulons continuer notre culture, qui est basée sur la lutte contre le mal, eh bien il ne faut pas attaquer la religion. Le siècle dernier a vu l'affrontement entre deux diables matérialistes, l'individualisme et le collectivisme. C'est aux chrétiens de préserver maintenant ce qui reste de notre culture."

 



Publications      Aires de Recherche      Actualités

Photos

19.12.2017

Table ronde sur la "vague populiste" en Europe centrale, IDC le 19 décembre 2017
08.11.2017

La révolution russe et la guerre civile (IDC, 8 novembre 2017)
21.09.2017

Table ronde à l'IDC sur la crise en Corée (21 septembre 2017)
12.07.2017

"Trump et Macron sur la Syrie: quelles évolutions?" Colloque à l'IDC le 12 juillet 2017
21.06.2017

Colloque sur la fin de la mondialisation, IDC, 21 juin 2017
24.05.2017

Colloque au Vatican sur catholiques et orthodoxes (24 mai 2017)

Vidéos


La Grande Interview : Natalia Narotchnitskaïa



John Laughland intervient au Parlement européen (Strasbourg) sur le Brexit et le Frexit (14 mars 2018)