Langue: Русский     Français     Anglais     Recherche sur le site:

John Laughland intervient à Rome sur le mariage pour tous

Date de publication: 06.02.2013

La bataille de Lépante par Paul Véronese

Le 6 février 2013, le Directeur des Etudes de l'IDC, John Laughland, est intervenu dans une table ronde avec Stéphane Buffetaud, ancien député européen, et le professeur Roberto de Mattei, sur le projet de mariage homosexuel en France et au Royaume-Uni.  Le débat a eu lieu à la Fondation Lepanto à Rome, présidée par le professeur de Mattei.

Dans son intervention, John Laughland a surtout comparé la proposition de loi sur le mariage homosexuel en France avec celle qui se trouve au même moment devant le Parlement britannique.  A la différence de la France, il n'y a aucun lien légal au Royaume-Uni entre le concept de mariage et les concepts de famille et d'enfants. En France, lors de la cérémonie de mariage, les époux reçoivent un "livret de famille": le mariage est donc explicitement orienté vers les futurs enfants.  Le code civil souligne les devoirs des époux à l'égard de ceux-ci.  Au Royaume-Uni, en revanche, la cérémonie du mariage ne contient aucune référence à la famille ou aux enfants: les voeux de mariage ne concernent que les époux.

Cette différence conceptuelle explique la raison pour laquelle il y a eu en France, à la différence de l'Angleterre, une si forte mobilisation populaire contre la projet dit du "mariage pour tous".  Qui dit mariage en France dit famille et enfants.  Dans l'état actuel des choses, en outre, l'adoption et la procréation médicalement assistée sont limitées essentiellement aux couples mariés.  En Angleterre, il n'en est rien.  En Angleterre, la procréation médicalement assistée est accordée à qui le veut comme d'ailleurs l'adoption aussi.  En effet, deux lois ont été votées au Royaume-Uni, en 2005 et en 2008, qui accordent l'adoption et la procréation médicalement assistée aux couples homosexuels.  Autrement dit, l'Angleterre est déjà allée plus loin dans sa législation que la France, où ces deux point - l'adoption et la PMA - sont au coeur du débat.  En réalité, la très grande manifestation qui a eu lieu à Paris le 13 janvier n'était pas, à proprement parlé, contre le projet de mariage homosexuel: elle était exclusivement contre les conséquences de celui-ci pour les enfants et pour la famille.

Face au tableau sombre dressé par les deux intervenants, la question a été posée si quelque part il y avait des signes d'espoir.  John Laughland en a cité deux - la France et la Russie.  Si, en France, la mobilisation publique était énorme - plus d'un million personnes avait manifesté à Paris le 13 janvier - en Russie le gouvernement venait d'annoncer qu'il interdirait l'adoption d'enfants russes par des couples homosexuels français ou anglais.  Cette annonce avait été faite par Monsieur Konstantin Dolgov, le commissaire au droits de l'homme auprès du Ministère russe des affaires étrangères, qui était intervenu à l'IDC le 30 janvier 2013.  La Russie étant un pays qui connaît actuellement un regain extraordinaire de la pratique chrétienne, son gouvernement est aussi en phase avec une opinion publique largement hostile à ce genre de développement.

 



Publications      Aires de Recherche      Actualités

Photos

19.12.2017

Table ronde sur la "vague populiste" en Europe centrale, IDC le 19 décembre 2017
08.11.2017

La révolution russe et la guerre civile (IDC, 8 novembre 2017)
21.09.2017

Table ronde à l'IDC sur la crise en Corée (21 septembre 2017)
12.07.2017

"Trump et Macron sur la Syrie: quelles évolutions?" Colloque à l'IDC le 12 juillet 2017
21.06.2017

Colloque sur la fin de la mondialisation, IDC, 21 juin 2017
24.05.2017

Colloque au Vatican sur catholiques et orthodoxes (24 mai 2017)

Vidéos


La Grande Interview : Natalia Narotchnitskaïa



John Laughland intervient au Parlement européen (Strasbourg) sur le Brexit et le Frexit (14 mars 2018)