Langue: Русский     Français     Anglais     Recherche sur le site:

John Laughland intervient dans un colloque à l'Assemblée nationale sur l'Union européenne

Date de publication: 04.11.2013



Dans son intervention, John Laughland a rappelé comment le mot "Europe" est trop souvent utilisé pour désigner l'Union européenne.  Or, non seulement l'Europe signifie autre chose que les seules structures bruxelloises mais aussi il existe d'autres structures, le Conseil de l'Europe notamment, qui sont plus européennes encore que celles de l'UE.

Contrairement à l'Union européenne, le Conseil de l'Europe inclut comme membres la Russie et une grande partie des républiques ex-soviétiques.  Ses structures souples permettent cette intégration là où l'Union européenne la rend impossible.  L'UE poursuit plutôt une politique anti-russe et constitue un des principaux obstacle à la vraie réconciliation pan-européenne.

John Laughland tenait à souligner ce point car Jacques Myard avait dit, dans son allocution de bienvenue, qu'il ne fallait pas jeter le bébé avec l'eau du bain.  Effectivement, tout le monde est d'accord que la coopération entre les Etats européenns est souhaitable.  Mais les structures bruxelloises, l'euro en premier lieu, suscitent de nombreuses intérrogations.  Si on veut éviter de courir le risque d'être taxé d'anti-européisme, il suffit de dire qu'on est favorable au Conseil de l'Europe mais défavorable à l'Union européenne.

Le Directeur des Etudes de l'IDC a souligné comment celle-ci est incompatible avec une Europe des nations ou des peuples.  En effet, l'UE est inspirée depuis au moins 20 ans, et tout particulièrement depuis le traité de Maëstricht, par une idéologie clairement anti-nationale.  Le chancelier allemand, Helmut Kohl, ne cessait de proclamer que "l'Europe, c'est la paix," comme si les nations étaient par définition programmées à se faire la guerre.  Cet anti-nationalisme européen s'insère, toujours selon John Laughland, dans le cadre d'un projet mondialiste qui va bien au-delà de la seule UE et qui inclut le renforcement du Conseil se sécurité des Nations Unies (le "nouvel ordre mondial" proclamé par George Bush père en 1990), l'OMC, l'OSCE et la nouvelle OTAN avec sa portée trans-continentale.

Il a conclu ses propos en exprimant son désaccord avec un auditeur qui, pendant le débat qui a précédé sa table ronde, avait dit que la France serait un pays en déclin.  Le Directeur des Etudes de l'IDC s'est dit convaincu qu'au contraire, la France est en tête de peloton en Europe en termes de la résistance contre ce projet fondamentalement anti-démocratique.  Il existe en France des forces vives que l'on ne retrouve dans aucun autre pays européen.



Publications      Aires de Recherche      Actualités

Photos

19.12.2017

Table ronde sur la "vague populiste" en Europe centrale, IDC le 19 décembre 2017
08.11.2017

La révolution russe et la guerre civile (IDC, 8 novembre 2017)
21.09.2017

Table ronde à l'IDC sur la crise en Corée (21 septembre 2017)
12.07.2017

"Trump et Macron sur la Syrie: quelles évolutions?" Colloque à l'IDC le 12 juillet 2017
21.06.2017

Colloque sur la fin de la mondialisation, IDC, 21 juin 2017
24.05.2017

Colloque au Vatican sur catholiques et orthodoxes (24 mai 2017)

Vidéos


La Grande Interview : Natalia Narotchnitskaïa



John Laughland intervient au Parlement européen (Strasbourg) sur le Brexit et le Frexit (14 mars 2018)