Langue: Русский     Français     Anglais     Recherche sur le site:

L'IDC au Parlement européen

Date de publication: 24.06.2015

Des membres du bataillon Azov en Ukraine orientale le 27 novembre 2014. Les drapeaux nazi et otanien sont à noter.

 Le 24 juin 2015, John Laughland est intervenu dans une audition convoquée au Parlement européen par le député Jean-Luc Schaffhauser (Groupe Europe des Nations et des Libertés).

Dans son intervention Powerpoint, John Laughland a attiré l'attention du public sur le récent amendement voté par la Chambre des Représentants du Congrès américain interdisant aux forces américaines de former le batallion Azov.  Dénoncé comme nazi par le Représentant John Conyers, ce batallion est partie intégrante des forces armées ukrainiennes depuis 2014.  Cet amendement est la première fois qu'une instance officielle occidentale reconnaît ouvertement la présence de milices nazies au sein de l'armée ukrainienne.  Selon John Conyers, le batallion Azov est "dégoutant" car "ouvertement néo-nazi".

Si John Laughland se réjouit ce cette reconnaissance même tardive du rôle joué par les extrémistes en Ukraine, il a aussi exprimé la préoccupation que l'amendement ne serve à renforcer le mythe d'une opposition "modérée" en Ukraine que les Etats-Unis soutiendaient tout en prenant leurs distances des nazis.  En Syrie, ce même mythe est mis en avant depuis le début de la guerre civile dans ce pays.  Or, selon le Directeur des Etudes de l'IDC, le mouvement politique issue du Maidan en Ukraine (ancienne opposition, maintenant au pouvoir) a toujours eu recours à la violence pour atteindre ses fins.  Toute distinction entre "modérés" et "extrémistes" est donc caduque.  

Photos à l'appui, Laughland a montré comment le mouvement du Maidan était violent dès le départ, et notamment lors d'une manifestation à Kiev le 24 novembre 2013, une semaine avant que la police ukrainienne aurait déclenché de la violence contre des manifestants pacifiques comme le veut la légende.  Les mêmes mouvements extrémistes, qui gravitent autour du Parti Svodoba (l'ancien Parti Social-National d'Ukraine), avaient attaqué la police en 2012 pour manifester contre une loi faisant de la langue russe une langue d'Etat en Ukraine.

En outre, l'une des personnalités les plus sulphureuses en Ukraine (et elles sont nombreuses!), Andriy Parubiy, co-fondateur du Parti Social-National au début des années 1990 et "commandant" auto-proclamé du Maidan en 2013-2014, vient de rendre visite, le 23 juin 2015, à la base américaine à Yaroviv, en tenue militaire.  L'ancien président du Conseil national de sécurité, qui avait été nommé à ce poste précisément pour assurer l'intégration des milicies y compris nazies au sein des forces régulières d'Ukraine, n'est plus maintenant que vice-président de la Rada, le parlement ukrainien.  Ceci de l'empêche pas de se mettre en uniforme pour cette visite aux troupes américaines.  On se demande en quelle capacité il le fait.  Tout cela passera inaperçu dès lors que les Américains se sont lavés les mains du seul batallion Azov, qui d'ailleurs reste parfaietement actif:  Laughland a montré une photo des nouvelles recrues de ce batallion, datée du 13 juin 2015, sur le point de partir au front de l'Est.

Laughland a conclu son intervention en posant la question "pourquoi?"  Pour lui, il s'agit de renforcer la cohésion de l'Otan et du camp occidental en général.  Voilà la raison pour laquelle les puissances occidentales soutiennent les éléments les plus violents en Ukraine, qu'ils soient ouvertement nazis ou pas.  Le vice-ministre de la Défense aux Etats-Unis, Derek Chollet, a parfaitement résumé la logique dans un billet publié le 18 juin 2015.  Pour lui, la crise ukrainienne a servi non seulement à donner un nouvel élan à une Alliance Atlantique en danger de perte de vitesse, et même à légitimer son renforcement, mais elle a aussi contraint les Européens à augmenter leurs dépenses militaires ... sous-entendu pour acheter des armes américaines.



Publications      Aires de Recherche      Actualités

Photos

19.12.2017

Table ronde sur la "vague populiste" en Europe centrale, IDC le 19 décembre 2017
08.11.2017

La révolution russe et la guerre civile (IDC, 8 novembre 2017)
21.09.2017

Table ronde à l'IDC sur la crise en Corée (21 septembre 2017)
12.07.2017

"Trump et Macron sur la Syrie: quelles évolutions?" Colloque à l'IDC le 12 juillet 2017
21.06.2017

Colloque sur la fin de la mondialisation, IDC, 21 juin 2017
24.05.2017

Colloque au Vatican sur catholiques et orthodoxes (24 mai 2017)

Vidéos


La Grande Interview : Natalia Narotchnitskaïa



John Laughland intervient au Parlement européen (Strasbourg) sur le Brexit et le Frexit (14 mars 2018)