Langue: Русский     Français     Anglais     Recherche sur le site:

IDC

L’Institut de la Démocratie et de la Coopération est une fondation politique basée à Paris. Il a pour vocation de participer au débat sur la relation entre la souveraineté des Etats et les droits de l’homme; d’étudier les relations est-ouest; de parler du rôle des ONG dans la vie démocratique des pays du monde; et de discuter de l’interprétation des droits de l’homme et de la façon dont ils sont appliqués dans les différents pays. Il s'intéresse aussi à la mémoire des grands moments de l’histoire, notamment des deux grandes guerres du XXe siècle. L’Institut défend une vision classique du droit international; il croit que l’Etat-nation est le meilleur cadre pour la défense des droits de l’homme et que l’ingérence « humanitaire » peut être une contradiction dans ces termes; il plaide pour un système international qui respecte la souveraineté des Etats et des peuples. Il pense aussi que l’ordre politique doit être fondé sur une perspective morale, et en particulier par l’éthique judéo-chrétienne qui unit les deux parties, est et ouest, de l’Europe.

L’Institut participe au débat sur ces questions en invitant des experts à donner leur avis dans des colloques et des tables rondes. A ses manifestations, l’Institut encourage l’expression de tous les différents points de vue.
 

Natalia NAROTCHNITSKAÏA
 

Natalia NAROCHNITSKAYA (NAROTCHNITSKAÏA) est historienne. Bien connue en Russie, elle intervient souvent dans les medias nationaux et internationaux. Membre de la Douma (parlement) de la Fédération de Russie entre 2003 et 2007, où elle représentait le parti “Rodina” (“La Patrie”), elle était Vice-Présidente de la Commission des Affaires Etrangères et Présidente de la Commission pour l’Etude de la Mise en Oeuvre des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques. Elle était aussi Membre de la Délégation russe auprès de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe. De 1982 à 1989 elle a travaillé au Secrétariat Général de l’Organisation des Nations Unies à New York.

Elle est aujourd’hui présidente de la Fondation de Perspective Historique à Moscou. Cette fondation de renom publie un journal en ligne, Stoletie.ru, et une revue universitaire, « Liens » . Madame Narotchnitskaïa est titulaire d’un doctorat en histoire et ancien élève de l’Institut des Relations Internationales à Moscou. Pendant de nombreuses années elle a travaillé à l’Institut de l’Economie Mondiale et des Relations Internationales au sein de l’Académie Russe des Sciences.

Fille d’un académicien, Natalia Narotchnitskaïa est l’auteure de nombreux ouvrages sur l’histoire de la Russie et sur le rôle joué par la mémoire historique dans la politique contemporaine. Son ouvrage principal, « La Russie et les Russes dans l’Histoire Mondiale » a été réédité six fois. Elle est spécialiste de l’histoire de la diplomatie, du droit international, de l’histoire des relations internationales et de la philosophie du libéralisme occidental. Ses livres ont été traduits en français (« Que reste-t-il de notre victoire ? », Editions des Syrtes, Paris 2008), en tchèque et en serbe.

Natalia Narotchnitskaïa est membre actif de l’Eglise orthodoxe russe et elle est reconnue pour sa défense non seulement des intérêts nationaux russes mais aussi des bonnes relations entre la Russie et l’Europe basées sur les valeurs communes de la chrétienté. Elle parle français, anglais, allemand et espagnol.

John LAUGHLAND, Directeur des Etudes, est philosophe et historien. De nationalité britannique, il est l’auteur de « A History of Political Trials from Charles I to Saddam Hussein » (Oxford : Peter Lang, 2008) ; « Schelling versus Hegel : from German Idealism to Christian Metaphysics » (London : Asghate 2007, ouvrage qui sera traduit en français en 2009 aux Editions François-Xavier de Guibert) ; « Travesty : the Trial of Slobodan Milosevic and the Corruption of International Justice » (London : Pluto Books, 2007) ; « Le tribunal pénal international : gardien du nouvel ordre mondial (Paris : F.-X. de Guibert, 2003) ; « La Liberté des Nations : Essai sur les Fondements de la Société Politique et leur Destruction par l’Europe » (Paris : F.-X. de Guibert, 2003, traduction de « The Tainted Source » (Londres, Little Brown 1997) et « The Death of Politics : France Under Mitterrand » (London : Michael Joseph – Penguin, 1994). Ses livres ont été traduits en français, russe, tchèque, polonais, espagnol, serbe et croate.
 
 

Pendant de nombreuses années John Laughland a été commentateur sur les affaires internationales pour la presse britannique et internationale. Il écrivait dans les colonnes de The Spectator, The Guardian, The Mail on Sunday, The Times, Die Welt, Frankfurter Allgemeine Zeitung et d’autres journaux de renom. Titulaire d’un doctorat en philosophie de l’Université d’Oxford, il a reçu l’habilitation à diriger des recherches en France à l’Université de Marne la Vallée en 2003. Il a été maître de conférences à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris de 1991 à 1995 et il a enseigné à l’Université Paris – III et à l’Université Saint Pie V à Rome. Il parle anglais, français, allemand, italien et russe.

 

Photos

09.07.2015

Conférence sur la géopolitique de la crise en Macédoine, IDC 9 juillet 2015
16.06.2015

Présentation de "L'Ukraine: la vérité historique" par le prince Volkonski, IDC 16 juin 2015
20.05.2015

Grand colloque international sur les sanctions, Paris, 20 mai 2015
26.04.2015

70eme anniversaire de la rencontre sur l'Elbe, Torgau, 25 avril 2015
23.04.2015

Présentation du livre "Tempête sur le Grand Moyen Orient", IDC, le 22 avril 2015
03.03.2015

Événement parallèle aux Nations-Unies (Genève) sur "La Protection des Chrétiens, en particulier au Moyen Orient", 2 mars 2015

Vidéos


John Laughland commente la crise grecque (vidéo en anglais)
Le Directeur des Etudes est intervenu sur RT le 9 juillet 2015.


Natalia Narotchnitskaïa et John Laughland interviennent à Berlin le 23 avril 2015
Organisée par le magazine Compact, la table ronde était consacrée à la question "La guerre contre la Russie pour toujours?" Vidéo en allemand.