Langue: Русский     Français     Anglais     Recherche sur le site:

IDC à la Chambre des députés du Parlement italien

Date de publication: 24.09.2013

Ekaterina Narotchnitskaïa, Académie des sciences de Russie; Natalia Narotchnitskaïa, présidente de l'IDC; John Laughland, Directeur des Etudes de l'IDC; Professeur Roberto Valle, Université La Sapienza (Rome); Tiberio Graziani, président de l'Institut des Hautes Etudes en Géopolitique (ISAG, Rome)

Le 24 septembre 2013, dans la Salle des colonnes du Palais Marini de la Chambre des Députés au centre historique de Rome, le premier séminaire international dans le cadre du Forum Euro-Russe a été organisé par l'Institut des Hautes Etudes en Géopolitique (ISAG) e l'IDC.  Thème du colloque: les rapports entre l'Europe et la Russie considérés sous trois aspects.  1. La sécurité continentale et la lutte contre le terrorisme.  2. La coopération économique.  3. La culture et la science.  Une table ronde a été consacrée à chacun des ces trois aspects.

La session sur la sécurité a été ouverte par le député Andrea Colletti (Cinque Stelle) qui a remercié les organisateurs ainsi que l'ambassadeur de la Fédération de Russie en Italie, Monsieur Sergeï Razov, et l'ambassadeur de la Russie auprès de l'OTAN, Monsieur Alexandre Grusko, de leur présence.  Ensuite, le Directeur du programme "Eurasie" au sein de lSAG, Dario Citati, a présenté la série des trois colloques qui se dérouleront sous l'égide du Forum.  Celui-ci a vocation a devenir une plateforme pour l'évolution des rapports euro-russes.

Dans le premier panel, l'Ambassadeur Grusko a parlé de la récente crise syrienne pour évoquer ce que nombreux commentateurs appellent le retour de la diplomatie classique comme instrument pour affronter les grands défis internationaux.  Ce retour de la diplomatie mettrait fin à l'approche unipolaire qui domine les relations internationales depuis la fin de la Guerre froide.  Selon lui, ce changement représente une base sur laquelle pourraient éventuellement repartir  les rapports entre la Russie et l'OTAN.  Ceux-ci ont été victimes, pendant les dernières années, d'une perte de confiance mutuelle.

Giovanni Brauzzi, le Directeur central pour la sécurité au sein du Ministère des Affaires Etrangères italien, a évoqué les meilleurs rapport qui avaient existé au début des années 2000 pour ensuite exprimer le souhait que ceux-ci s'améliorent avec les nombreux changements qui interviendront au sein de l'UE dans les années à venir.

Andreï Volodin, professeur à l'Académie diplomatique et à l'Académie russe des sciences, a parlé dans son intervention de l'Union eurasiatique en formation entre la Russie, le Kazakhstan, la Biélorussie, le Kyrgyzstan et le Tadjikistan. 

Dans le deuxième panel, consacré à la coopération économique, la présidente de la représentation commerciale de la Russie en Italie, Natalia Sengelija, et la directrice du Ministère du Développement économique, Paola Brunetti, sont intervenues.  Parmis les projets économiques évoqués: la construction du Superjet 1000 grâce à la collaboration Alenia-Sukhoi.  Une année croisée de tourisme est prévue pour 2014.

Dans la troisème table ronde, le professeur Roberto Valle, enseignant de l'histoire de l'Europe orientale à l'Université La Sapienza de Rome (avec laquelle l'IDC a signé en 2012 un accord de partenariat) a encadré la culture russe dans une perspective paneuropéenne.  D'une part, la Russie est rejetée comme un pays barbare; d'autre part, certains Russes ont tendance à considérer l'Europe comme un pays miraculeux. 

John Laughland est intervenu sur "l'axe inattendu Rome-Moscou" mais il ne s'agissait pas de Rome, capitale de le République italienne, mais du Saint-Siège.  En effet, la coopération entre le Vatican et la Russie devient de plus en plus serrée.  John Laughland a évoqué ce qu'il appelle la "cristianisation du discours politique en Russie", se référant au télégramme de félicitations envoyé par le président Poutine au Pape François et aux récentes déclarations sur la crise morale en Europe prononcée par le président russe au Club Valdai en septembre.

Ekaterina Narotchnitskaïa a ensuite souligné comment plusieurs crises internationales relèvent d'intérêts géopolitiques et de points de vue opposés sur les questions morales.  La troisième table ronde s'est terminée avec une intervention très animée de Natalia Narotchnitskaïa qui a insisté sur la défense du droit naturel en Russie et sur le fait que l'Europe soit en train de s'éloigner des positions chrétiennes traditionnelles.  La crise démographique en Europe n'est que le reflet de sa perte d'attractivité sur le plan culturel.  Seulement une plus grande conscience de sa propre histoire pourrait faire revivre le vieux continent.

Les mots de conclusions ont été prononcés par Tiberio Graziani, le président de l'ISAG, qui a souligné comment les intervenant ont montré la très grande compatibilité entre les pays d'Europe et leur grand voisin dans un monde désormais multipolaire.

 

 



Publications      Aires de Recherche      Actualités

Photos

19.12.2017

Table ronde sur la "vague populiste" en Europe centrale, IDC le 19 décembre 2017
08.11.2017

La révolution russe et la guerre civile (IDC, 8 novembre 2017)
21.09.2017

Table ronde à l'IDC sur la crise en Corée (21 septembre 2017)
12.07.2017

"Trump et Macron sur la Syrie: quelles évolutions?" Colloque à l'IDC le 12 juillet 2017
21.06.2017

Colloque sur la fin de la mondialisation, IDC, 21 juin 2017
24.05.2017

Colloque au Vatican sur catholiques et orthodoxes (24 mai 2017)

Vidéos


La Grande Interview : Natalia Narotchnitskaïa



John Laughland intervient au Parlement européen (Strasbourg) sur le Brexit et le Frexit (14 mars 2018)