Langue: Русский     Français     Anglais     Recherche sur le site:

Conférence de presse sur les élections présidentielles russes

Date de publication: 21.02.2012

Natalia Narotchnitskaïa, Christian Malar et Vitaliy Tretyakov.

Le 21 février 2012 l'Institut de la démocratie et de la coopération a organisé en collaboration avec le European American Press Club une conférence de presse sur les élections présidentielles russes du 4 mars 2012.

Les intervenants étaient Natalia Narotchnitskaïa, présidente de l'IDC, et Vitaliy Tretyakov, politologue et doyen de la Faculté de télévision au sein de l'Université d'Etat de Moscou.

Dans son intervention, Mme Narotchnitskaïa a souligné que tous les experts s'accordent que la popularité de Vladimir Poutine reste plus importante que celle des autres candidats.  Elle a affirmé que l'"attitude hystérique" de l'opposition libérale n'a fait qu'augmenter son score dans les sondages de 5%, car beaucoup de Russes craignent la révolution.  Selon elle, le comportement excessif de l'opposition libérale s'explique par le manque de tout dirigeant crédible chez elle.  Elle a également expliqué que la principale opposition à Poutine et à son gouvernement est anti-libérale: les électeurs veulent une protection sociale plus fort, ils veulent réduire les inégalités qui ont atteint, selon la présidente de l'IDC, un niveau excessif en Russie. Le principal reproche qui est fait à Poutine et à son entourage est que la Russie n'ait pas pris suffisamment de distances avec la politique des années quatre-vingts.  Pour Madame Narotchnitskaïa, qui s'est dite sceptique à bien d'égards concernant la politique menée depuis 10 ans, le nouveau président aura beaucoup de taches à accomplir, notamment la réforme de la bureaucratie locale qui est devenue le groupe social le plus détesté en Russie, plus encore que les hommes d'affaires.  Vladimir Poutine est soutenu non seulement pas ses partisans convaincus mais aussi par ceux qui considèrent surtout que ses rivaux son pires encore.

Pour sa part, Vitaliy Tretyakov a exprimé son opinion que Vladimir Poutine gagnera au premier tour, c'est-à-dire qu'il aura plus de 50% des voix.  Il a dit qu'il allait lui apporter son propre soutien même s'il est conscient de ses défauts et des caractéristiques négatives.  Pour Tretyakov, en effet, Poutine est le moindre mal car il est le plus réussi parmi les candidats.   A la différénce de Poutine, ses deux prédécesseurs ont conduit le pays au bord du gouffre et au-delà.  Poutine est, en plus, le seul homme dont la bureaucratie a peur.  Par conséquent il est le seul personne qui puisse mener à bien les réformes.  La Russie a un système politique bien particulier:  elle n'aura jamais le même système politique que la France ou l'Allemagne.  Selon Tretyajov, la Russie ne pourra jamais avoir un vrai système multiparti.  Même le Parti communiste, pourtant le principal parti d'opposition, n'est pas en mesure de contester le pouvoir de Russie Unie.  Même avant l'an 2000, avant donc l'arrivée au pouvoir du président Poutine, j'ai évoqué dans les articles le fait que la Russie a une "démocratie gouvernée".  Je n'accorde pas un soutien inconditionnel à Vladimir Poutine.  Il ne changera pas mais il faut qu'il applique de nouvelles politiques. 

Monsieur Tretyakov a ensuite proposé ses propres prédictions.  Compte tenu des violations aux élections à la Douma le 4 décembre 2011, et compte tenu du fait que la popularité de Poutine et supérieure à celle du parti La Russie Unie, il devrait recueillir entre 52% et 54% des voix.  En deuxième position sera Gennadi Zyuganov, le dirigeant communiste, devrait recevoir entre 20% et 25%, et en tout cas non pas moins de 25%.  En dernier position sera Mironov avec entre 4% et 5% des voix.  La seule question ouverte est celle de savoir si Prokhorov ou Zhirinovski sera en troisième position.  Monsieur Tretyakov estime que Zhirinovski sera vraisemblablement en troisième position aux alentours de 9% ou 10%.

 

 



Publications      Aires de Recherche      Actualités

Photos

19.12.2017

Table ronde sur la "vague populiste" en Europe centrale, IDC le 19 décembre 2017
08.11.2017

La révolution russe et la guerre civile (IDC, 8 novembre 2017)
21.09.2017

Table ronde à l'IDC sur la crise en Corée (21 septembre 2017)
12.07.2017

"Trump et Macron sur la Syrie: quelles évolutions?" Colloque à l'IDC le 12 juillet 2017
21.06.2017

Colloque sur la fin de la mondialisation, IDC, 21 juin 2017
24.05.2017

Colloque au Vatican sur catholiques et orthodoxes (24 mai 2017)

Vidéos


La Grande Interview : Natalia Narotchnitskaïa



John Laughland intervient au Parlement européen (Strasbourg) sur le Brexit et le Frexit (14 mars 2018)